Artist: 
Search: 
Reddit

Sanseverino - Les Ouvriers lyrics

Charpentier, imprimeur, mécanicien, tourneur,
De vieilles manufactures ou d'usines de chaussures
De crises économiques en restructurations,
De fermetures d'usines et de chantiers en perdition.
Salut c'est nous, nous sommes les ouvriers

Manufacture de coton, de laine et de soie
Les forges chez Renault, chantiers de La Ciotat
D'où sortaient les bagnoles, des paquebots et du tissu.
Y'en avait du boulot, ben, aujourd'hui, y'en a plus.
Cadences précarité, nous sommes les ouvriers.

Le Front Pop de 36, c'était y a bien longtemps.
40 heures à la semaine, de l'espoir pour 20 ans
Les congés sont payés, on n'osait même plus en rêver.
Ca durera pas longtemps le chômage viendra tout doucement.
On va morfler, c'est nous les ouvriers.

Tabassés les canuts 1881,
1848 les ouvriers parisiens,
Le travail à la chaîne des O.S de chez Citroën
Métro,déprime, dodo des licenciés chez Renault.
C'est notre histoire à nous, à nous les ouvriers.

Prolétaires, patrons milliardaires
Sont faits pour se plaire.
Pourquoi pas aménager, modifier les horaires
Et changer aussi les salaires.
Ceux pour qui on bossait nous ont bien baisés,
C'est compris merci, c'est pas compliqué.
De moins en moins payés, nous sommes les ouvriers.

Une grève générale et le pouvoir vacille.
Sacrifier son salaire n'est pas aussi facile.
Pour le pouvoir d'achat, il n'y a qu'le combat collectif,
L'augmentation du niveau d'vie sera notre objectif.
Tout va changer, c'est nous les ouvriers.

Rentrer d'une manif les deux arcades ouvertes
Retour au quotidien, omelette et salade verte.
Avoir quelques copains, discuter politique,
Partage du temps d'travail, ce n'est pas utopique
C'est nos idées à nous, à nous les ouvriers.

Prolétaires, patrons milliardaires
Sont fait pour se plaire.
Pourquoi pas aménager, modifier les horaires
Et changer aussi les salaires
Ceux pour qui on bossaient nous ont bien baisés,
C'est compris merci, c'est pas compliqué.
De moins en moins nombreux, nous sommes les ouvriers

Le prolo qui va au charbon a toujours raison.
L'ouvrier parisien est teigneux comme un chien.
Dans la sidérurgie on passera pas notre vie.

(Merci à Mireille pour cettes paroles)