Artist: 
Search: 
Reddit

Font Et Val - Les Chanteurs Engagés lyrics

Ô période bénie, décennie enchanteuse
Où fleurissent tant de bons chanteurs, braves chanteuses
Hier s'interdisant tout propos politique
Aujourd'hui courageux, engagés, héroïques

Ils chantent la même chose mais c'est pour la bonne cause
Faim dans le monde, torture, Goulag, enfin ils osent
Serrer leurs petits poings sur leur petits micros
Pour que l'on prenne conscience que tout ça c'est pas beau

Mon cœur s'émeut quand je vois ces braves mignons
Qui jaillissent tout poudrés de leur valise Vuitton
C'est quand même sidérant de voir des gens qui passent
Sans transition aucune, comme on change de godasses

De la pommade solaire aux prisons politiques
Du chewing-gum à la fraise à la faim en Afrique
Une question me tracasse, mes frères, comment peut-on
Lutter contre la connerie en restant con ?

Quand Hugo déclarait « Mort à la peine de mort »
Il disait autrement ce que tous ses efforts
Cherchaient à incruster au cœur du moindre vers
L'œuvre et l'homme étaient un, et la parole entière

Ce minet qui glapit sur des rythmes d'enfer
Que sa grognasse danse, et qu'il trouve ça super
Que l'eau de la piscine est bleue, que la Jaguar
Est si blanche, oh, si blanche, quand la nuit est si noire

Ce minet minaudant, ce doux félin bronzé
Avec sa dent d'requin sur son torse musclé
Avec ses trois négresses qui le tiennent par le cou
Qui lui caressent les jambes, qui se traînent à ses genoux

Ce type qui gigote entre les seins des métisses
Comme dans une charcuterie, au milieu des saucisses
Il chante contre la guerre, et moi je crois voir un
Serpent qui manifeste contre le venin

Qui connaît l'eau des sources, n'aime plus l'eau croupie
Qui connaît l'herbe tendre, évite le chardon
Qui connaît l'amitié, cultive son jardin
Qui connaît la lumière, connaît le prix de l'ombre

Qui connaît bien les bêtes, connaît les Droits de l'Homme
Qui rencontre Verlaine, s'ouvrira en pleurant
Qui compose un poème, rencontre toutes choses
Qui parle bien d'amour, parle aussi d'infini

Qui parle d'infini, parle aussi de ta main
Qui n'a pas peur des mots, vie selon sa conscience
Qui chante avec son coeur, connaîtra le bonheur
De ne pas être applaudi par ses ennemis