Artist: 
Search: 
Reddit

Aldebert - La Rentrée Des Classes lyrics

Sur le lit étalé en patchwork,
L'essentiel de ma garde robe, bien !
Tout est lavé, essoré, séché, repassé,
Me voilà prêt pour le jour J du lendemain.

En finissant de boucler mes bagages,
Mon stylo quatre couleurs, mon taille-crayon mappemonde,
Je calcule sur une Texas instruments™,
Combien font vingt-quatre heures en secondes.

Mais non j'ai pas peur !
J'aime pas les rentrées, c'est tout !

Je retrouve en faisant mon sac
Un vieux bulletin que j'avais caché.
Je me souviendrais toujours des phalanges de mon père
Quant je lui avait dit : « Ils sont en retard cette année ! »

« Résultats faibles, doit poursuivre les efforts,
Élève absent même quand il est là ! »
Il paraîtrait que cette année ce soit plus dur encore,
Mais alors, c'est tous les ans ou quoi ?

Un nouveau monde s'ouvre à mes yeux,
Encore une année qui passe.
Appréhension, cafard et trouille bleue,
C'est la rentrée des classes !

Je touche du bois, je croise les doigts
Pour avoir un prof principal sain d'esprit
Un emploi du temps sympa
Qui commencerais mardi et finirait… mardi !

C'est décidé, je mettrais dès demain
Fin à mes jours si cette année aussi,
Je retrouve ce psychopathe de Martinot
En histoire et géographie.

Mais non j'ai pas peur !
J'aime pas qu'on me presse, c'est tout !

Le compte à rebours est lancé, je m'en remets au ciel
Allez quoi s'il vous plait, juste un tremblement de terre
Que les secours débarquent et me lancent une échelle
Par pitié, emmenez-moi dans votre hélicoptère !

Après trois cents tours sur moi-même,
Je m'endors, je rêve et je délire :
J'arrive au collège en chausson, y'a pas mon nom sur les listes,
Martinot me poursuit, j'arrive pas à courir !

Un nouveau monde s'ouvre à mes yeux,
Encore une année qui passe.
Appréhension, cafard et trouille bleue,
C'est la rentrée des classes !

Devant l'alignement militaire des cartables,
Se dessine la silhouette des gardiens de ghetto.
Les professeurs pactisent avec le diable :
La preuve en est qu'ils sont chaussés Méphisto !

L'un d'entre eux, celui au regard sombre
S'avance doucement vers moi, on dirait Lucifer.
Il est tellement grand qu'y fait froid dans son ombre
« Dites donc, n'en faites pas un peu trop, Aldebert ? »

« Si peu, monsieur Martinot, si peu ! »